jeudi, mai 04, 2006

MALAISE

"Think different" is for me the second step after one becomes aware step one is "think". Think about it. (Voiker)

"Le mariage de la raison et du cauchemar qui a dominé tout le XXe siècle a enfanté un monde toujours plus ambigu. Les spectres de technologies sinistres errent dans le paysage des communications et peuplent les rêves qu’on achète. L’armement thermonucléaire et les réclames de boissons gazeuses coexistent dans un royaume aux lueurs criardes gouverné par la publicité, les pseudo-événements, la science et la pornographie. Nos existences sont réglées sur les leitmotive jumeaux de ce siècle : le sexe et la paranoïa. La jubilation de McLuhan devant les mosaïques de l’information ultra-rapide ne saurait nous faire oublier le pessimisme profond de Freud dans Malaise dans la civilisation. Voyeurisme, dégoût de soi, puérilité de nos rêves et de nos aspirations – ces maladies de la psyché sont toutes contenues dans le cadavre le plus considérable de l’époque : celui de la vie affective."
"J’ajouterai que selon moi l’équilibre de la réalité et de la fiction s’est radicalement modifié au cours de la décennie écoulée, au point d’aboutir à une inversion des rôles. Notre univers est gouverné par des fictions de toute sorte : consommation de masse, publicité, politique considérée et menée comme une branche de la publicité, traduction instantanée de la science et des techniques en imagerie populaire, confusion et télescopage d’identités dans le royaume des biens de consommation, droit de préemption exercé par l’écran de télévision sur toute réaction personnelle au réel. Nous vivons à l’intérieur d’un énorme roman. Il devient de moins en moins nécessaire pour l’écrivain de donner un contenu fictif à son œuvre. La fiction est déjà là. Le travail du romancier est d’inventer la réalité."
J.G. Ballard - Crash! - 1974

3 commentaires:

skam a dit…

C'est avec des types comme Ballard que la science-fiction se découvre de nouveaux domaines à explorer. Des domaines fascinants. A mon avis, "la Foire aux atrocités" est l'un des meilleurs livres de SF, voire carrément l'une des plus grandes oeuvres littéraires du 20ième siècle (en tout cas l'une des oeuvres les plus monstrueuses de ces 50 dernières années)...

Voiker a dit…

Pour la Foire aux Atrocités, je suis coincé dans un truc délirant que j'ai construit tout seul; j'attends beaucoup de la lecture de ce bouquin, et j'ai
mis un temps fou à mettre la main dessus (j'essaye toujours de lire les bouquins dans l'édition française originale, donc version Chute Libre pour la
F aux A). Et j'ai attaqué le bouquin la semaine dernière, j'ai lu 70 pages sans rien comprendre, parce que je savais pas comment le lire (il n'y a
aucun guide explicatif dans l'Edition Chute Libre, pas de commentaires de l'auteur comme il semble y en avoir dans les éditions qui ont suivi).
J'étais coincé entre le fait que je sais (d'après les bruits au bord du lac le soir) que c'est le meilleur livre écrit au XXeme siècle, le fait que Joy
Division en a fait un titre de chanson et que Joy fait partie de mon univers musical for a long time, et le fait que je savais pas comment lire ce livre...
J'ai donc cherché sur le web le mode d'emploi et j'ai compris enfin pourquoi j'avais rien compris...
Je vais donc reprendre la lecture à zéro, cette semaine je remets à zéro ma mémoire immédiate en lisant le Pianiste Déchaine de Vonnegut, et je
ré-attaque la F aux A next week. Avec toujours l'espoir de trouver l'illumination.

skam a dit…

The Atrocity Exhibition, c'est comme un mur. Il ne faut pas foncer dedans tête première... Moi il m'a vraiment plu. Tellement que ces dernières semaines je me suis motivé pour le lire dans la version originale... (déjà que traduit, il est pas très très compréhensible, le lire en anglais se révèle un sport de haute voltige)

Je n'avais pas fait le lien entre la chanson de Joy Division et le livre! (allez hop, ça me donne envie de réécouter Closer)

This is the way, step inside
this is the way, step inside
this is the way, step inside
this is the way, step inside...