mercredi, juillet 19, 2006

PEAU-AIME-(23)

Seul depuis si longtemps
Peau brulée par les rayons ardents
Dérivant dans l’éternité du temps
Et les cheveux bousculés par le vent
Il meurt
Enfin la vie
Il a quitté le désert pour les eaux pures
Il est tombé à genoux, poings serrés
Déchainé
Enfin la liberté
Nul ne saura jamais
Que le lieu de son départ
Est le cimetière des autres
L’âme libérée, les yeux sans reflets
La bouche ensablée prononçant ton prénom
La main crispée sur ton seul souvenir
-tu es loin-
Enfin te retrouver
Il réfléchit pour la dernière fois. « Je suis moi »
Mort paisible de celui qui t’aimait

[Mort désertique] [Xavier pour D.] [19 mai 1985 - 21h] [2/2]

5 commentaires:

délie a dit…

Poetry was, poetry is being....

Remember, The must.

Voiker a dit…

Indeed...

Anonyme a dit…

Here are some links that I believe will be interested

Anonyme a dit…

Keep up the good work. thnx!
»

Anonyme a dit…

Great site lots of usefull infomation here.
»