mercredi, février 04, 2009

PREMONITION

3 commentaires:

Polyphème a dit…

C'est amusant de revoir cette photo après avoir lu votre échange avec GMC où vous citez Lem : "le drame de l’existence se joue entre un cochon et l’être sublimé en quoi peut le transformer l’effort de la culture."

Personne a dit…

Polyphème> Intéressante remarque que la vôtre; en ce sens que vous reliez des choses éparses selon votre bon vouloir, créant des liens inexistants lors de la construction mais légitiment liables au grè de vos réflexions. Celà me fait penser aux jeux pour enfants où l'objet est de relier avec un crayon une suite de numéros pour faire apparaître un dessin. Votre réflexion s'y apparente, sachant bien sûr que je n'ai élaboré en tête aucun dessin depuis le départ...

De se demander ce que celà pourrait donner...

Voiker/personne

Polyphème a dit…

ANUBIS (il montre la robe de Sphinx) - Regardez les plis de cette étoffe. Pressez-les les uns contre les autres. Et maintenant si vous traversez cette masse d'une épingle, si vous enlevez l'épingle, si vous lissez l'étoffe jusqu'à faire disparaître toute trace des anciens plis, pensez-vous qu'un nigaud de campagne puisse croire que les innombrables trous qui se répètent de distance en distance résultent d'un seul coup d'épingle ?
LE SPHINX - Certes non.
ANUBIS - Le temps des hommes est de l'éternité pliée.

(J. Cocteau, "La machine infernale", acte II)