lundi, novembre 28, 2005

MAITRE-NOYEUR

Dans le dernier bouquin que je viens de lire, l'inimitable PK Dick fait rencontrer -et discuter (!?)- Joe Fernwright avec son propre cadavre en état de décomposition, en train de dériver au fond d'un océan. J'en profite pour faire un petit aparté musical puis visuel sur la noyade, parce qu'on a tous fait le noyé au fond d'une piscine ou d'une baignoire, qu'on y est resté subjugué par l'irréalité de l'environnement et l'imposante majesté du silence, et que j'ai de quoi faire pour terminer ce message par une petite expérience unique.

Je ne me souviens pas avoir lu un poème d'un auteur 'classique' sur ce sujet. Si vous en connaissez un, je suis preneur.

Les images abondent, les yeux noyés de larmes, tout en noyant mon chagrin dans l'alcool.

Le 'Grand Bleu' n'est-il pas finalement la chronique d'une noyade annoncée ?


Trisomie 21 évoque l'idée de perdre pied, de se noyer, dans "Il se Noie".

Mais il se noie
Trottoirs craquelés
Désespoirs cachés
Sous des tonnes d'éclats de rire
Se cognant contre les années
Infiniment traînées
Aimées et haïes
Mais il se noie
L'été, l'automne
Le blanc, le noir
Tout s'oppose
Mais, je ne suis pas libre
Cette petite blondasse
Sur le trottoir d'en face
A portée d'amour
Mais pourquoi toujours?
Mais il se noie
Elle me chuchote
L'argent, la misère, autrui
Un parfum de vengeance
Un avant-goût de délivrance
Mais il se noie


R. Smith l'évoquait également dans "the drowning man"

She stands twelve feet above the flood
she stares alone
across the water
The loneliness grow and slowly
fills her frozen body
sliding downwards
One by one her senses die
the memories fade and leave her eyes
still seeing worlds that never were
and one by one the bright birds leave her…
Starting at the violent sound
she tries to turn but final noiseless
slips and strikes her soft dark head
the water bows receives her
and drowns her at its easy
drowns her at its easy
I would have left the world all bleeding
could i only help you love
the fleeting shapes so many years ago
so young an beautiful and brave
Everything was true it couldn't be a story
I wish it was all true i wish it couldn't be a story
the words all left me lifeless hoping
breathing like the drowning man

Oh Fuchsia - you leave me breathing like the drowning man


L'artiste cherche dans de nombreux cas de figure, figures de style, à se rapprocher de la mort, s'y familiariser, pour lui et pour nous. Que ce soit dans un travail musical, littéraire, ou étonamment visuel. Au lieu de faire le maitre-nageur sur une plage de Floride, cliquez l'expérience de maître-noyeur dans les eaux troubles de . . . . . . . . . . . . . la mer morte ? (by Aaron Clinger and Miltos Manetas)






1 commentaire:

TheSymbiote a dit…

En tapant "un parfum de vengeance , un avant gout de délivrance" dans google, je susi tombé sur cet article.
Excellent de voir réunies deux chansons dont le parallélisme se traçait déja dans mon esprit, et qui me hantent quotidiennement.
Bonne continuation.

TheSymbiote