lundi, septembre 11, 2006

REPOS-COLLABORATIF

Regarder tout ce temps qui passe,
les yeux posés sur la rivière,
attendre un bateau qui passe:
en papier, maladroit mais fier.
Te regarder, que tu ne t'en lasses.
S'embrasser de la même manière.

S’abandonner à la mélodie d’Altaïr,
Regarder les vaisseaux fuir vers des univers
Qui nous seront à jamais inconnus, sentir
Nos êtres s’embraser de la même manière.

Eteindre l'Enfer du peu de larmes
qu'il nous reste à faire.

[Repos étendu au domaine de la lutte, le trot de la licorne albinos couvrant un instant l'écho des moutons électriques avant leur chute] [Voiker] [Skam] [Antipunk au carré]

6 commentaires:

Madison a dit…

que la sagesse nous désarme
à s'embraser de la même matière...

cheval blanc à feutre a dit…

mes hommages Madison,

des nouvelles de mon fichier l'ami ?

Voiker a dit…

Ton fichier va bien, j'ai honte de t'annoncer que je n'y ai pas encore touché.

Mais ceci ne devrait plus trop tarder.... (tu sais bien, mon histoire de soirée lycée...)

skam a dit…

J’ai l’impression de participer à une entreprise qui me dépasse. Comme un électron tout penaud sur son orbite atomique. Ou comme le neurone solitaire de monsieur Bush. Entre le néant et l’infini.

skam a dit…

Voiker, ton blog n'est pas accessible, pas directement. Quand on tape http://wiwilbaryu.blogspot.com,
y'a une page entièrement grise.

Voiker a dit…

Je ne sais pas ce qui se passe, j'ai remarque aussi aujourd'hui...

Mais la ce soir, ca a l'air de remarcher normalement...