dimanche, novembre 11, 2007

NOT-OUT-OF-THE-INN

Le présent de mes pensées, qui vient combler le vide laissé en elles depuis la mise en ligne du dernier texte de mes [Intra-Muros], est habité désormais de lieux et d’instantanés psychologiques que je tente d’articuler les uns aux autres, lascivement et sans pression, en moi, afin de me lancer dans l’écriture d’un texte long, structuré, entier ; un roman. Mon feu vert interne ne devrait plus tarder, les scènes se mettent en place, dérivant comme des icebergs, le moment opportun impunément se rapproche. Ce roman n’aura pas de place sur ce blog ; pourtant ce jardin électronique de mes pensées ne restera pas en jachère, et je souhaite y planter des réflexions, des descriptions, des pensées, sous une nouvelle rubrique dont j’ai choisi l'appellation ‘not out of the inn’.

Not Out Of The Inn: cette appellation symbolise les éléments suivants, agencés dans le désordre de l’ordre hasardeux que mon esprit m’impose :

- traduction bancale et finalement humoristique de ‘on n'est pas sorti de l’auberge’. Cette définition laisse assez d’autonomie et de place pour y traiter, dans la largesse, les sujets évoqués plus haut.

- Pourquoi faudrait-il finalement sortir de l’auberge ?

- Le raté du mot à mot symbolise tout le respect que j’ai à m’autoriser d’avance à ne pas être compris dans cette nouvelle rubrique, et donc vous dédouane également de devoir comprendre ce que je souhaite éventuellement dire. La bonne traduction anglaise de l’expression française étant ‘we are not out of the wood’, je pense pouvoir affirmer qu’une forêt n’a rien à voir avec une auberge, pourtant les deux expressions sont sensées avoir le même sens, ce qui est à la fois compréhensible et inimaginable. C’est cette ambiguïté, qui ramène un champ de pensée dans les limites les plus douteuses de l’analyse, d’un point donné à l’infini, avec les deux sens pouvant mener au grand écart, qui vient donc aussi mimer par l’image mon respect le plus total pour la non-compréhension subtile ou complète entre nous et qui viendra nous rapprocher.

- Le côté socialement chaleureux d’une auberge, le coté sauvagement protecteur d’une forêt.


Not Out Of The Inn - (numéro -00-)
Voiker, le 11 novembre 2007

14 commentaires:

Anonyme a dit…

"les une" sont-elles si singulières ?
Heureux de te savoir en projet. Je prends l'avant dernier paragraphe comme une invitation à la non rencontre intime, et j'aime.
K

Voiker a dit…

K> Bien vu - je corrige (les uns)
Invitation - yes

Sheffer Peppard a dit…

Commentaire d'un blogger novice:
Si votre roman est aussi intéressant que vos réfléxions ici présentes, on ne peut que vus encourager.
Pour ce qui est de l'auberge, attention, elle peut parfois être rouge et mortelle, dangereuse et meurtrière.

Voiker a dit…

Sheffer> Merci et enchanté de ton passage. Ton pseudo me fait penser au nom d'un berfer. J'irai visiter ton 'chez toi' dans la journée. Meric de tes encouragements. Quant à l'auberge, effectivement, j'espère ne pas tomber chez les Thénardier...

saint-rich a dit…

Les choses se mettent donc en place. Enchanté.
Pressé de goûter au plat de l'auberge, le menu est alléchant...

Gaffarote a dit…

J'entre dans ton auberge , j'observe,je lis, j'apprends . Belle aventure que celle d'écrire 1 livre. Tout 1 histoire , je fais partie de ceux qui attendront pour le lire .

Voiker a dit…

ST Rich> Aurais-je les dons culinaires nécessaires ?

Gaffarote> Et oui tu attendras, à ma différence...

wanchai a dit…

je veux bien venir faire la cuisine dans ton auberge
mais la forêt, la vraie ça me fout un peu la trouille et je n'ai aucun sens de l'orientation et parfois les égarements peuvent être fatal , alors oui c'est vrai
la question est bbien posée
pourquoi sortir de l'auberge?
tous mes voeux de longue et belle écriture..;

Voiker a dit…

Wanchai> La fore^t, dans la journée, et les soirées à l'auberge, à l'abri des ours et des loups qui tournent autour...

Eden a dit…

J'ai toujours eu l'impression qu'un roman s'écrivait ici depuis longtemps comme dans un labyrinthe, on se sent un peu perdu avec le sentiment de ne pas toujours avoir tout saisi mais nous trouvons toujours le fil des émotions, les vraies.

J'aime cette note explicative que je touve emplie d'un humour (complicité avec le lecteur) certaine ;)

Tous les mots y sont importants comme toujours...fort !

Voiker a dit…

Eden> Quel grand plaisir de sentir ton ombre toucher ces pages. Je regarde souvent tes clichés. Bienvenu donc dans l'auberge.

ww a dit…

Bon alors on fait quoi - in the inn?
(nous aussi on veut écrire )

Voiker a dit…

WW> Tu as raison. Suggestion faites sur NOOTI 5...

Rachelle a dit…

Good words.