vendredi, novembre 30, 2007

CHEVALBLANC

S’il vous arrive encore de vous perdre, parfois, si vous trouvez le moyen temporaire d’arriver à cet état d’âme délicat de laisser vos certitudes de côté pour frôler par de nobles sentiments les impressions mélangées du minimalisme des choses et du temps, si votre esprit sait encore s’ouvrir modestement sur la pureté d’une découverte anodine comme un enfant qui croise pour la première fois un merle, un vers de terre ou une limace au fond du jardin, s’il vous reste un soupçon de liberté vis-à-vis de vous-même pour prendre votre voiture et rouler quelque temps, la laisser à l’entrée chaotique d’un champ, et décider de marcher au hasard de la route qui sinue à la lueur du matin entre de vieilles bornes kilométriques que le temps a fait lentement pencher vers une direction que seuls les animaux du coin comprennent un peu, que vous respirez dans l’anonymat complet et libérateur les odeurs d’humus, d’herbe mouillée, du brouillard sirupeux qui se lève, alors peut-être seulement vous rendrez-vous compte que cette croix faussement hautaine et profondément lézardée sur la petite butte du calvaire vibre doucement des milliers de prières que ceux qui s’y agenouillèrent lui confièrent par la pensée, qu'en arrivant au premier village les pavés de la rue faussement principale tentent, si vous les observez longuement, épaule contre épaule, de se rehausser mutuellement pour remplir leur rôle humblement avant le début de la journée, que les fumées qui s’échappent déjà vers six heures du matin du toit des chaumières parfument simplement le temps qui passe, et que le cheval blanc qui feint de ne pas vous attendre à l’entrée du village est autre chose qu’un élément du paysage, et qu’il vous conterait bien d’autres petits poèmes qu’il compose quand il s’abreuve à l’eau du puit, si d’aventure vous vous rappelez que vous saviez parler son langage.
Jérôme Suzatplessy, les doigts sur sa guitare, plus timides peut-être encore que les vibrations de sa voix ou le souvenir que l’on garde pour soi de certains de ses brefs regards, est ce Cheval Blanc qui connaît l’histoire de choses qui ne se racontent que rarement, ou mal, ou pas. Son univers est fait de sentiments et de références qui s’entrecroisent sans se mesurer ni se battre, il parle avec les arbres, étonne par sa simplicité d’enfant, crée en vous des réponses en questionnant lui-même le sens de l’assemblage des mots. Il pourra même vous ramener à votre voiture, sans même connaître le chemin. Peut-être les bornes kilométriques auront-elles changé d’orientation. Dans votre tête, la résonance de ses chansons, de ses mots rien qu’à lui : « le désordre est un départ, est une histoire, est une oeuvre d’art, face au bateau-phare ».

Petit travail au cinquième étage
Voiker au piano, Chevalblanc aux guitares

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Il faut vraiment que je médicalise ma carte-son pour enfin goûter aux résonances de ces chansons.
Technique quand tu nous tiens...

K

if6was a dit…

Superbe voiker (bien que je n'aie pas réussi à écouter)
mais super texte quand on connait le cheval, si doux, si vrai, un bel hommage à l'ami , à l'enfant à l'homme, au musicien au poète.

Voiker a dit…

K+IF6> Rassurez-moi, quand vous allez sur dailymotion ,vous avez le son avec les vidéo ou pas ? Je formatte tres souvent les morceaux musicaux que je mets sur mon blog au format dispo pour dailymotion, pour être sur que tout le monde puisse écouter. Je ne comprends donc pas que vous n'entendiez rien...
Merci aux autres passants de mon blog de me dire ce qu'il en est... vue que chez moi tout marche...

Anonyme a dit…

Me concernant, le blème est local. Mon ordi, le fourbe, est devenu muet. Pas un couinement quand je lui caresse le logiciel... Je vais finir par adopter Apple, on en dit le plus grand bien.
Sûr, j'aurai vent du Cheval Voïk.

K

Sheffer Peppard a dit…

Le son est encore meilleur quand on écoute le morceau en lisant le texte. Je ne connais pas cet équidé mais ne tarderai pas à m'aventure sur d'autres pages équestres, elles semblent bien prometteuses.

Voiker a dit…

Sheppard> La musique, des textes. Auriez-vous quelque don divinatoire, mon cher Sheppard ? Pour votre info et celle de tous, je prépare une petite grande surprise pour la fin de l'année sur cette thématique...

Sheffer Peppard a dit…

Ne vous en privez surtout pas !

Anonyme a dit…

foutre! chiantre ! snif ! et Merdre

Voiker a dit…

Anonyme Cheval Blanc> Même démasqué, tu es comme tu es, inimitable...